Le président zimbabwéen Robert Mubage a remis sa démission

image

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a remis mardi sa démission après 37 ans de pouvoir, a annoncé le président de l’Assemblée nationale lors d’une session extraordinaire du Parlement à Harare, qui débattait de sa destitution.

Coup de théâtre au Zimbabwe. Le président Robert Mugabe a remis, mardi 21 novembre, sa démission après 37 ans de pouvoir. L’annonce a été faite par le président de l’Assemblée nationale lors d’une session extraordinaire du Parlement à Harare, qui débattait de sa destitution alors que le chef d’État s’accrochait au pouvoir.

« Moi Robert Gabriel Mugabe (…) remets formellement ma démission de président de la République du Zimbabwe avec effet immédiat », a déclaré le président de l’assemblée nationale Jacob Mudenda, en lisant, sous les applaudissements, la lettre de démission du chef de l’État.

Les voix se multiplaient ces derniers jours pour exiger le départ du plus vieux chef d’État au monde, âgé de 93 ans : l’armée, la rue et même son propre parti, la Zanu-PF.

L’armée avait pris le contrôle du pays en début de semaine prochaine, à la suite de l’éviction du vice-président Emmerson Mnangagwa, et assigné le président à résidence.

Par France 24 avec AFP |21-11-2017

Publicités

Côte d’Ivoire : la présidente du RDR Henriette DIABATÉ a procédé à diverses nominations, dont celle de Guillaume Soro

image

COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE DU RASSEMBLEMENT DES RÉPUBLICAINS (RDR)

Le lundi 20 Novembre 2017, la Présidente du Rassemblement Des Républicains (RDR), Le Professeur Henriette DAGRI DIABATE a procédé à diverses nominations.

Ainsi, sont nommés :

I– VICE-PRESIDENTS

1. Monsieur Guillaume Kigbafory SORO, Vice-Président chargé de la Région du Tchologo ;
2. Monsieur Amadou SOUMAHORO, Vice-Président chargé de la Région du Worodougou;
3. Monsieur Gilbert Koné KAFANA, Vice-Président chargé de l’Organisation du Parti, également chargé des communes de Yopougon et de Songon;
4. Monsieur Hamed BAKAYOKO, Vice-Président chargé de la Région du Worodougou ; également chargé des communes de Cocody et de Bingerville;
5. Monsieur Marcel AMON-TANOH, Vice-Président chargé des Régions du Sud-Comoé et de l’Indénié-Djuablin;
6. Monsieur Birahima Téné OUATTARA, Vice-Président chargé de la Région du Tchologo;
7. Monsieur Adama TOUNGARA, Vice-Président chargé de la Région du Guémon ; également des communes d’Abobo, d’Anyama et d’Adjamé;
8. Monsieur Ally COULIBALY, Vice-Président chargé de la Région du Hambol;
9. Monsieur Souleïman Coty DIAKITÉ, Vice-Président chargé des Militants de l’Extérieur ; également chargé de la Région du Kabadougou;

10. Monsieur Ibrahima CISSÉ Bacongo, Vice-Président chargé des Affaires Juridiques et Institutionnelles, des Droits Humains ; également
chargé des Communes de Koumassi et de Marcory;

11. Madame Jeanne Adjoua BROU Epse Peuhmond, Vice- Présidente chargée de la Trésorerie et des Finances du Parti ; également chargée de la Région du Gbêkê et de la commune d’Abobo;
12. Monsieur Adama BICTOGO, Vice-Président chargé de la Mobilisation ; également chargé des Régions de l’Agnéby-Tiassa et de la Mé;
13. Monsieur Mamadou SANAGO, Vice-Président chargé des Questions Électorales ; également chargé de la Région du Bafing;

14. Monsieur Mamadou Sangafowa COULIBALY, Vice-Président  chargé des Questions Foncières ; également chargé de la commune de Port-
Bouet;
15. Monsieur Gaoussou TOURÉ, Vice-Président chargé des Relations avec les guides Réligieux ; également chargé des Régions du Kabadougou et du Folon;
16. Monsieur Ibrahima FANNY, Vice-Président chargé de la Région du Gbêkê;
17. Madame Aminata TOUNGARA, Vice-Présidente chargée de la Solidarité ; également chargée de la commune de Treichville ;
18. Madame Nialé KABA, Vice-Présidente chargée des Régions du Gontougo et du Boukani ;
19. Monsieur Bruno Nabagné KONE, Vice-Président chargé des Relations Extérieures ; également chargé de la Région de la Bagoué ;
20. Monsieur Moussa DOSSO, Vice-Président chargé de la Région du Béré ;
21. Monsieur Lemassou FOFANA, Vice-Président, Directeur de Cabinet de Madame la Présidente du Parti ;
22. Monsieur Louis André DACOURY-TABLEY, Vice-Président chargé de la Région du Gôh ;
23. Monsieur Bouéka NABO Clément, Vice-Président chargé de la Région de San-Pédro ;
24. Monsieur Joël Kouadio N’GUESSAN, Vice-Président, chargé de la Région du Bélier et du District Autonome de Yamoussoukro;
25. Monsieur Phillippe LÉGRÉ, Vice-Président chargé du Maintien de
l’Ordre, de la Logistique ; également chargé des Régions du Gbôklè et de la Nawa ;
26. Monsieur Darret BABAUD, Vice-Président chargé des Régions du Haut-Sassandra et de la Marahoué ;
27. Monsieur Tiékoura Roland ZAKPA Koménan, Vice-Président chargé de la Région du Lôh-Djiboua ;
28. Monsieur SIKI BLON Blaise, Vice-Président chargé de la Région du Tonkpi ;
29. Madame Yao Madiara COULIBALY Epse COULIBALY, Vice- Présidente chargée de la commune du Plateau ;
30. Madame Adjoua N’GO Louise Epse TAMINI, Vice-Présidente chargée de la Région du Bélier.

II- : PERSONNALITÉS AYANT RANG DE VICE-PRESIDENTS

1. Monsieur Essoh Vincent LOHOUES, Inspecteur General, Vice- Président chargé de la Région des Grands-Ponts ;
2. Monsieur Tiémoko Yadé COULIBALY, Président du Conseil Politique, Vice-Président chargé de la Région du Poro ;
3. Madame Sarra FADIKA épse SAKO, Chancelière de l’Ordre Républicain, Vice-Présidente chargée de la Région du Bafing .

III- SECRETAIRES GENERAUX DELEGUES

1. Monsieur Kouakou Maurice BANDAMAN, Secrétaire Général Délégué Chargé des Relations avec les Partis Politiques, les Rois et Chefs Traditionnels ; également chargé des Régions du Moronou, de l’Iffou et du N’zi ;
2. Madame Anne Désirée OULOTO, Secrétaire Générale Déléguée Chargée de la Vulgarisation des Actions du Gouvernement ; également chargée des Régions du Cavally et du Guémon ;
3. Monsieur Mamadou TOURE, Secrétaire Général Délégué Chargé de la Communication et Porte-parole du Parti.

Fait à Abidjan, le 20 Novembre 2017

La Présidente
Prof. Henriette DAGRI DIABATE

Pour rappel, à la clôture du 3ème Congrès ordinaire du Rassemblement des républicains (RDR au pouvoir), le 10 septembre 2017, auquel le président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro a refusé de prendre part, parce qu’il n’était pas associé aux travaux préparatoires du congrès, le président Alassane Ouattara avait créé grande surprise en confiant la présidence du parti à la Chancelière Henriette Dagri Diabaté et le Secrétariat général à la ministre de l’Éducation nationale Kandia Camara, qui a eu pour adjointe la ministre de la Salubrité Urbaine et l’Assainissement Anne Ouloto. Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly était désigné premier vice-président, et le Secrétaire d’État chargé de l’enseignement technique et de la Formation Professionnelle Mamadou Touré troisième secrétaire général.

Kouroukanfouganerws

ONU – Libye : le chef de l’ONU se dit horrifié par des images vidéo montrant des migrants africains vendus comme esclaves

image

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est déclaré lundi horrifié par des images vidéo diffusés par les médias montrant des migrants africains en Libye qui seraient vendus comme esclaves.

« Je suis dégoûté par ces actes odieux et j’appelle toutes les autorités compétentes à enquêter sans délai sur ces activités et à traduire les auteurs en justice. J’ai demandé aux acteurs pertinents des Nations Unies de suivre activement cette question », a dit M. Guterres lors d’un point de presse au siège de l’ONU.

Le Secrétaire général a rappelé que l’esclavage « n’a pas sa place dans notre monde ». Il a dénoncé ces violations flagrantes des droits de l’homme qui « peuvent constituer des crimes contre l’humanité ».

M. Guterres a demandé à chaque nation d’adopter et d’appliquer la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et son protocole sur la traite des personnes. Il a exhorté la communauté internationale à travailler ensemble pour combattre ce fléau.

« Cela nous rappelle également la nécessité d’aborder la question des flux migratoires de manière globale et humaine : par une coopération en matière de développement visant à s’attaquer à ses causes profondes, par une augmentation significative de toutes les opportunités de migration légale et par une coopération internationale renforcée pour réprimer les passeurs et les trafiquants et pour protéger les droits de leurs victimes », a-t-il ajouté.

La chaîne de télévision américaine CNN a diffusé il y a une semaine des images montrant des migrants africains vendus aux enchères en Libye. Selon la presse, cette vidéo a déclenché une indignation générale concernant des faits qui ont déjà été dénoncés il y a quelques mois par l’ONU.

Mardi, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, avait dénoncé la détérioration des conditions de détention des migrants en Libye, qualifiant leurs souffrance d’ « outrage à la conscience de l’humanité ».

Source: http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=40542&Cr=Libye&Cr1=

Côté d’Ivoire : pour son départ, Marc Wilmots aurait perçu de la FIF un chèque de plus d’un demi-milliard FCFA

image

Le sélectionneur des Éléphants de Côte d’Ivoire, le Belge Marc Wilmots, qui avait fait savoir mercredi 15 novembre sur son compte Twitter que sa collaboration avec la Fédération ivoirienne de football (FIF) était arrivée à son terme, aurait perçu de la Fédération ivoirienne de football  (FIF) un chèque d’une valeur de 800.000 € soit plus 524.765.000 millions de francs CFA pour rupture de contrat avant son terme, et ce malgré sa médiocre performance avec l’équipe nationale ivoirienne.

Le principal défi du Belge était de qualifier la sélection ivoirienne pour la Coupe du monde en Russie l’année prochaine. Mais la Côte d’Ivoire a perdu le match décisif contre le Maroc 0-2.

Nous tenons cette information du site mondialsport.net que nous mettons à votre disposition.

Mondial Sport, 19/11/2017 — Côte d’Ivoire : Combien la FIF a dû payer pour se séparer de Wilmots?

La fameuse séparation à l’amiable entre la FIF de Sidy Diallo et Marc Wilmots aurait coûté en effet un pactole à la Fédération Ivoirienne. Une séparation intervenue avant la fin du contrat du technicien Belge.

‘‘A l’issue des échanges, la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) et le Sélectionneur national, Monsieur Marc WILMOTS sont convenus de mettre fin à l’amiable à leur collaboration’’

Ceci est extrait du communiqué de la Fédération Ivoirienne de Football annonçant de façon subtile le limogeage du technicien Belge.

Mais soyons réaliste, interrompre au bout de 7 mois un contrat de 2 ans (fin, avril 2019) ne peut se fait sans y laisser la peau des fesses ou au moins une bonne partie, surtout quand on parle du sélectionneur le mieux payé du continent avec un salaire mensuel tournant autour de 85.000 euros (environ 55.756.000 francs CFA).

Au classement des sélectionneurs Africains les mieux payés, Wilmots devançait ses homologues du Gabon, José Antonio Camacho (66.000 €/mois), ainsi que du Maroc, Hervé Renard (60.000 €/mois).

1/2 milliards pour le négociateur Wilmots!

Pour en revenir à son départ, Wilmots aurait selon plusieurs sources, perçu de son employeur un chèque d’une valeur de 800.000 € soit plus 524.765.000 millions de francs CFA pour rupture de contrat avant son terme.

Pour un règlement dit à l’amiable, l’addition est tout de même salée!

Et dire que Wilmots n’avait même pas demandé à venir à la tête des Éléphants! Si ses qualités de manager… Lire la suite sur http://mondialsport.net/cote-d-ivoire-combien-la-fif-a-du-payer-pour-se-separer-de-wilmots-2899.sport

Kouroukanfouganerws

Kenya : la Cour suprême valide la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta

image

La Cour suprême kényane a validé ce lundi la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, en rejetant les deux recours demandant l’invalidation de l’élection présidentielle du 26 octobre, organisée après l’annulation du scrutin d’août.

Une ultime décision qui autorise M. Kenyatta à prêter serment le 28 novembre prochain pour un nouveau mandat de cinq ans.

Kouroukanfouganerws

Zimbabwe : Mugabe a rédigé sa lettre de démission selon CNN

image

Robert Mugabe aurait-il enfin accepté de quitter les rênes du Zimbabwe ? À croire la chaîne américaine CNN, le président déchu a rédigé sa lettre de démission et aurait accepté les termes d’un exil dans lequel l’accompagne son épouse Grace. Des affirmations faites sur la base d’une source proche des négociations avec les généraux qui ont pris le pouvoir à Harare la semaine dernière.

En substance, cet accord prévoit une “immunité totale” pour le président Mugabe et son épouse, précise CNN.

Dimanche, des sources dites proches du dossier avaient également annoncé que Robert Mugabe démissionnerait. Mais son discours prononcé dans la soirée devant la Nation avait surpris les Zimbabwéens ainsi que les observateurs de la vie politique du pays. Il avait en effet refusé de partir, insistant sur le fait qu’il présiderait le congrès de la Zanu-PF en décembre.

De l’avis de sources politiques contactées par Reuters, le président Mugabe avait bien l’intention de démissionner le dimanche. Mais il en a été empêché par le parti au pouvoir, qui ne voulait pas que sa décision soit officialisée en présence des militaires. Cela aurait confirmé la thèse du coup d’Etat, assurent ces sources.

La démission du président zimbabwéen pourrait donc survenir ce lundi. Encore que son parti a menacé de le destituer d’ici 10h00 GMT s’il ne quittait pas le pouvoir. Les anciens combattants, anciens alliés de Mugabe, ont également promis de légaliser en justice la prise de pouvoir des militaires mercredi.

Carol Kouassi avec Reuters

Par Africanews | 20-11-2017

Mugabe déjoue tous les pronostics en s’accrochant au pouvoir

image

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe, au pouvoir depuis 1980, a créé dimanche soir une énorme surprise et la confusion en ignorant les nombreux appels à démissionner et sa spectaculaire éviction quelques heures plus tôt de la direction de son parti.

Lors d’une déclaration péniblement prononcée en direct à la télévision nationale, le plus vieux dirigeant en exercice de la planète, 93 ans, a même déclaré qu’il présiderait le mois prochain le congrès de son mouvement, la Zanu-PF.

« Le congrès doit se tenir dans les prochaines semaines. J’en présiderai les débats », a-t-il affirmé lors de son allocution, diffusée depuis un salon du palais présidentiel où il était flanqué de généraux en tenue et d’officiels.

Le Zimbabwe tout entier s’attendait dimanche soir à ce que Robert Mugabe remette sa démission, quelques jours après le coup de force de l’armée.

A l’issue d’une nouvelle réunion avec les militaires dimanche soir, une source de son entourage avait même rapporté sous couvert de l’anonymat à l’AFP qu’il avait accepté de quitter ses fonctions.

Sous le choc de l’allocution du président, le chef des anciens combattants de la guerre d’indépendance Chris Mutsvangwa a immédiatement riposté en appelant la population à descendre une nouvelle fois dans la rue mercredi pour exiger le départ de Robert Mugabe.

« Ce discours était totalement déconnecté de la réalité. Nous soutiendrons toute procédure de destitution et appelons à manifester mercredi », a déclaré à l’AFP M. Mutsvangwa.

– ‘Camaraderie’ –

Sous l’oeil bienveillant de l’armée, plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient déjà envahi samedi les rues de la capitale Harare et de la deuxième ville du pays, Bulawayo (sud-ouest), aux cris de « Bye bye Robert » ou « Adieu grand-père ».

Les militaires ont pris le contrôle du pays dans la nuit de mardi à mercredi pour protester contre la décision du président de limoger le vice-président Emmerson Mnangagwa. Casus belli pour eux, son éviction faisait de la Première dame Grace Mugabe la favorite de la course à la succession de son mari, à la santé déclinante.

« Quels que soit les pour et les contre de l’opération de l’armée, moi, en tant que commandant en chef, je reconnais les problèmes qui ont été soulevés », a déclaré dimanche soir M. Mugabe, sans mentionner son épouse.

Et d’ajouter, sibyllin, « nous devons apprendre à pardonner et résoudre nos contradictions, réelles ou ressenties, dans un esprit de camaraderie zimbabwéenne ».

Plus tôt dimanche, la direction de la Zanu-PF avait pourtant démis Robert Mugabe de son poste de président du parti et l’avait enjoint de rendre les rênes du pays « d’ici lundi » à la mi-journée, faute de quoi elle engagerait une procédure de destitution.

A la suite de l’adresse à la nation, l’ancien ministre des Finances Patrick Chinamasa a prévenu que la procédure serait effectivement lancée si le président ne se pliait pas à l’ultimatum.

– ‘totalement hallucinante’ –

« Les gens doivent redescendre dans la rue, ce n’est pas juste », a déclaré à l’AFP sous couvert d’anonymat un agent de sécurité dans les rues quasi désertes du centre d’Harare. Dans les bars, les Zimbabwéens qui avaient suivi le discours en direct, sont partis immédiatement après, décontenancés.

L’intervention de Robert Mugabe est « totalement hallucinante », a réagi un analyste, Derek Matyszak. Le président « se comporte comme si les décisions de son parti n’avaient aucune importance ».

Lors de sa réunion d’urgence, le parti a également remplacé son chef par l’ancien vice-président Emmerson Mnangagwa. Ce dernier, un dur surnommé « le crocodile », a dans la foulée été nommé candidat officiel de la Zanu-PF à l’élection présidentielle de 2018 à la place de Robert Mugabe.

L’ambitieuse et impopulaire Première dame Grace Mugabe, 52 ans, qui brigue ouvertement depuis des mois la succession de son époux, a elle été purement et simplement exclue du parti.

Les décisions de la Zanu-PF ont été saluées par une population avide de changements, dans un pays ruiné où le taux de chômage avoisine les 90%. « Même si sa décision arrive tard, la Zanu-PF a enfin fait le bon choix », se réjouissait Trymore Chabata, un vendeur de rue, ajoutant que « Mugabe est un problème depuis longtemps ».

Depuis son coup de force, l’armée tente de négocier à l’amiable le départ du président Mugabe, afin de préserver son statut de héros de la guerre d’indépendance. Elle l’a même laissé se rendre vendredi… Lire la suite sur https://www.voaafrique.com/a/zimbabwe-politique-mugabe-dejoue-pronostics-accrocher-pouvoir/4125655.html