Référendum constitutionnel au Mali : dispersion d’un rassemblement d’opposants

image

Un bulletin de couleur blanche pour le oui, un autre de couleur rouge pour le non, les modalités du prochain référendum constitutionnel au Mali se précisent. Il aura donc lieu le 9 juillet 2017, selon un communiqué du Conseil des ministres. Cette réforme doit renforcer les pouvoirs du président. Et ce jeudi matin, une manifestation était prévue à Bamako pour s’opposer à ce projet. Une marche qui n’était pas autorisée.

Les manifestants avaient demandé l’autorisation de pouvoir marcher à partir de la Bourse du travail. Mais le gouverneur de Bamako leur a opposé une fin de non-recevoir en invoquant l’état d’urgence. Ce qui n’a pas empêché une centaine de personnes de se rassembler.

Les forces de l’ordre ont alors bloqué la majorité des accès aux bâtiments, impossible pour les partisans de rejoindre le premier groupe. Et quand ils ont tenté de commencer à défiler, les policiers les ont violemment chargés et repoussés dans l’enceinte de la Bourse du travail, en condamnant les autres entrées. Finalement, après une trentaine de minutes de face-à-face tendu, les manifestants ont choisi d’appeler à un autre rassemblement dans deux jours.

Cette révision de la Constitution a été entérinée par l’Assemblée nationale, 111 voix contre 35. Elle doit désormais être approuvée par un référendum, mais une partie de l’opposition s’y refuse. Il faut bien préciser que cette révision constitutionnelle donne de nouveaux pouvoirs au président.

Il sera à même de nommer un tiers des sénateurs, sans avoir à se justifier et pourra également nommer le président de la Cour constitutionnelle. C’est d’une importance capitale quand on sait que c’est le président de cette Cour qui proclame les résultats des élections par exemple et dont les décisions font foi. L’avoir de son côté est donc loin d’être anodin.

Au-delà de ces nouvelles prérogatives que les manifestants assimilent à des dérives autocratiques, il y a la question du référendum. Comment organiser un scrutin sur l’ensemble du territoire, alors que l’Etat ne le contrôle pas ? Dernière preuve en date, les élections municipales en novembre dernier ont été fortement perturbées dans le centre et dans le nord du pays.

Par RFI | 08-06-2017

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s