La Côte d’Ivoire a revu à la baisse ses prévisions de croissance et son budget d’investissement

image

La Côte d’Ivoire, affectée par d’innombrables grèves des fonctionnaires et mouvements d’humeur des militaires, depuis le début 2017, ainsi que d’une baisse du prix de son premier produit à l’exportation, la fève de cacao, a revu à la baisse mercredi ses prévisions de croissance et son budget d’investissement 2017, a annoncé mercredi la porte-parole adjointe du gouvernement.

« La croissance économique initialement projetée à 8,6% est abaissée à 8,5% », a affirmé Anne Ouloto, également ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable.

Les dépenses d’investissements ont été amputées de 9,4% passant de 1924,7 milliards de FCFA (2,93 milliards d’euros) à 1746,9 milliards de FCFA (2,66 milliards d’euros), soit une baisse de 177 milliards de FCFA (271 millions d’euros). Le budget global passe lui de 6501,4 milliards FCFA (9,91 milliards d’euros) à 6447,6 milliards FCFA (9,83 milliards), soit une baisse de 0,83%.

Les boucs émissaires sont autant les militaires que les fonctionnaires ivoiriens, qui ont secoué le pays dès les premiers jours de 2017, par des revendications auxquelles le gouvernement ne s’attendait.

Des négociations parfois mouvementées ont abouti à la promesse de paiement de primes importantes de 12 millions de francs CFA par tête aux mutins au nombre de 8.500, qui appartenaient à l’ex-rébellion soulevée contre le régime. Une partie de ses primes leur a déjà été versée, le reste sera payé les prochains mois.

Dans ces entrefaites, les fonctionnaires eux aussi ont revendiqué des augmentations de salaires et le paiement des stocks d’arriérés pour environ 130.000 travailleurs (soit près de 80% de l’effectif de la fonction publique). Après des négociations, un terrain d’entente a été trouvé avec les autorités, même si quelques blocages font craindre une rengaine de leur manifestation.

Outre les revendications sociales, la Côte d’Ivoire subit de plein fouet la baisse du prix de son premier produit à l’exportation. Les cours mondiaux du cacao sont tombés début mars à leur niveau le plus bas depuis plus de trois ans, avec une baisse de plus de 35% en moins d’un an, en raison d’un excédent prévu de 264.000 tonnes de l’offre par rapport à la demande pour la saison 2016-2017 qui a débuté en octobre 2016.

Poumon économique de l’Afrique de l’ouest, notamment première économie francophone, la Côte d’Ivoire a enregistré ces dernières années des taux de croissance impressionnants à tel point qu’on la baptisait déjà « le tigre africain » : 10,7% en 2012, 9,2% en 2013, 8,5% en 2014, 9,5% en 2015.

Mais « la croissance rapide n’a pas été accompagnée par la création d’emplois de qualité au cours de ces dernières années » , a récemment déploré la Banque mondiale, selon laquelle le principal défi du gouvernement ivoirien est de réduire la pauvreté.

Par Kouroukanfouganews avec BBC et AFP

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s