Pyongyang promet une « réponse sans pitié » à toute provocation américaine à la veille d’un probable nouvel essai nucléaire

image

L’escalade verbale est à son apogée entre la Corée du Nord et les États-Unis d’Amérique, ce vendredi 14 avril, à la veille d’une cérémonie marquant le 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, fondateur du régime et grand-père de l’actuel dirigeant Kim Jong-un.

Elle pourrait se muer en une escalade nucléaire. Car le régime qui a reçu, depuis son séjour à la Maison Blanche, plusieurs avertissements de Donald Trump, pour honorer cet anniversaire marquant, pourrait procéder ce samedi à un nouveau tir de missile balistique, selon plusieurs observateurs.

La promesse du magnat de l’immobilier devenu 45e président des États-Unis, d’utiliser toutes les options pour régler le problème nord-coréen, avec ou sans la Chine, a eu sa réponse de la part de Pyongyang qui promet une « réponse sans pitié » à toute provocation américaine, comme l’a annoncé ce vendredi l’agence de presse officielle de la Corée du Nord, KCNA.

Citant la récente frappe américaine en Syrie, dénoncée comme anticonstitutionnelle par le colistier de la candidate malheureuse de la toute récente présidentielle américaine, Hillary Clinton (qui nous a tant avertis de la fougue de Trump comme une bonne psychologue), l’agence KCNA a affirmé que l’administration de Donald Trump était « entrée dans l’ère des menaces ouvertes et du chantage » contre la Corée du Nord.

Notons que le porte-avion américain à propulsion nucléaire USS Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles, devrait arriver ce week-end au large de la péninsule coréenne. Tout porte à croire, et vu leurs dernières démonstrations de forces – frappe d’une base aérienne syrienne, et pas plus qu’hier l’utilisation de la bombe GBU-43 de destruction massive contre des sites de l’EI en Afghanistan – que les américains peuvent réagir à ce 6e essai nord-coréen. Mais le régime communiste, a promis de répondre à l’envoi « insensé » de ce groupe aéronaval, se disant prêt « à la guerre ».

Une hypothèse peu soutenue par la Chine qui présage un « conflit qui pourrait éclater à tout moment », mais qui conclut que « Si une guerre a lieu, le résultat sera une situation dont personne ne sortira vainqueur ». Une façon d’appeler Donald Trump à la retenue, comme la la Russie, « très inquiète », qui a appelé toutes les parties à la « retenue » et mis en garde contre « toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation ».

Kouroukanfouganews

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s