Le centre du Mali déplore huit morts dans le regain de violences intercommunautaires

image

Le centre du Mali déplore au moins huit morts mercredi dans le regain de violences intercommunautaires ayant opposé la minorité peule à des ‘dozo’, chasseurs traditionnels appartenant essentiellement à l’ethnie majoritaire bambara, a-t-on appris des sources concordantes, dont l’AFP.

Un élu de la localité de Diabaly a rapporté à l’AFP que « Les ‘dozo’, chasseurs traditionnels, ont perdu de très nombreux boeufs, qui leur permettaient notamment de faire les travaux champêtres, mercredi dans le village de Tougou, situé à 60 km de Niono ».

« En représailles, ils ont poursuivi les +voleurs+ et un affrontement s’est déroulé à 20 km de Diabaly. Il y a eu au moins huit morts », a poursuivi cet élu sous le couvert de l’anonymat.

Une source sécuritaire malienne, à « Banikoro et à Songo, à une vingtaine de km de Diabaly », a confirmé ces affrontements et précisé que « la tension restait très vive  » dans le secteur.

Les dozo, d’après une autre source se confiant à l’AFP, dans leur expédition punitive, se sont déplacés à moto alors que depuis le 20 février, les Forces armées maliennes (FAMA) ont interdit la circulation des motos d’un village à l’autre dans cette région, en raison de leur utilisation « par les terroristes ».

Le bilan de huit morts, a été confirmée par une source à l’hôpital de Niono, qui a évoqué treize blessés qui y sont arrivés mercredi dans la soirée. « Parmi les civils blessés, certains nous ont effectivement parlé d’au moins huit morts. Nous avons donné les soins d’urgence », a ajouté cette source.

Par ailleurs, un renfort de l’armée malienne a été envoyé sur place « pour calmer les tensions », a affirmé à l’AFP une source militaire malienne basée à Gao (nord).

C’est la énième fois que des Peuls, éleveurs depuis la nuit des temps, et des Bambaras vaillants agriculteurs s’affrontent dans cette partie du Mali.

Mais il faut dire que depuis l’avènement du Front de Libération du Macina (FLM) d’Amadou Koufa, affiliée à des mouvements djihadistes actifs dans le nord du Mali, mais qui sévit dans le centre, les Bambara accusent souventes fois les Peuls d’être des informateurs ou des proches de ce groupe terroriste fondé par ce Peul.

En février dernier, des violences similaires avaient fait au moins 20 morts et des centaines de déplacés dans la même région. Quatre ministres, dont celui de la Justice, Mamadou Konaté, avaient été dépêchés par le gouvernement en vue de l’ouverture d’une enquête et apaiser les esprits tentés par le Diable.

Elles avaient causé en mai 2016 la mort d’une trentaine de personnes à Nampala, située dans la même zone. Les autorités maliennes avaient envoyé quelques temps après des médiateurs pour tenter de réconcilier les deux communautés.

Kouroukanfouganews avec AFP

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s