Gambie: La fondation Open Society de Georges Soros, veut faire de Yahya Jammeh sa future proie

image

« J’ai décidé aujourd’hui en conscience de quitter la direction de cette grande nation, avec une infinie gratitude envers tous les Gambiens », n’est autre que l’ultime allocution de l’ex-président gambien Yahya Jammeh, qu’il a prononcée dans la nuit de 21 au 22 janvier à la télévision nationale gambienne pour donner le premier signe de sa volonté de céder le pouvoir à Adama Barrow qui l’a évincé lors de la présidentielle de décembre passé.

Cette volonté de quitter la tête de ce petit pays anglophone totalement enclavé dans le Sénégal, et après 22 ans de direction à sa façon, étaient les fruits des discussions sur les conditions de son départ avec les présidents mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et guinéens Alpha Condé, les derniers médiateurs mandatés par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour lui arracher la capitulation et s’exiler en Guinée équatoriale.

L’Union africaine (UA), la Cédéao et l’ONU, dans une déclaration commune publiée peu après le départ de M. Jammeh, ont annoncé garantir les droits de Yahya Jammeh, y compris à revenir dans son pays, saluant sa « bonne volonté » pour parvenir à un dénouement pacifique de la crise.

Et le triumvirat veillera à le soustraire, avec les siens, aux tentatives de « harcèlement » et de « chasse aux sorcières ». De même qu’il s’est porté garant de ses propriétés, celles de sa famille, des membres de son régime ou de son parti, selon le texte.

Mais à en croire le passage d’un article publié le 6 février par Le Point Afrique, et intitulé Yahya Jammeh, dictateur et « homme de paix et d’amour », Jammeh et son arroi pourraient être les prochaines proies de la fondation Open Society de Georges Soros. Celle-ci tentera de rassembler des preuves, en s’appuyant notamment sur les cas d’étrangers ayant été maltraités ou assassinés par le régime Jammeh.

L’Open Society Foundations (OSF) est un réseau philanthropique créé en 1979 par le milliardaire américain d’origine hongroise, George Soros. Les objectifs de ce réseau sont de promouvoir la gouvernance démocratique, les droits de l’homme et des réformes économiques, sociales et légales.

Mais Open Society Foundations est accusée par ses détracteurs pour ses manipulations et son ingérence dans plusieurs bouleversements récents du monde, à des fins machiavéliques. Ce qui fait craindre que Yahya Jammeh et ses protégés auraient du fil à retordre. D’autant plus que le porte-parole de l’opposition, Halifa Sallah, n’a eu de cesse de rappeler qu’Adama Barrow, le nouveau président, n’a signé aucun accord garantissant un sommeil bon enfant à Babiili Mansa.

Kouroukanfouganews

C’est avec vos encouragements que nous pouvons continuer. Faites des gestes en aimant seulement cette nouvelle page kouroukanfougaNews (https://m.facebook.com/kouroukanfouganews/) pour recevoir nos ActuaRéalités. Cliquez sur le bouton en bas du logo de la page.

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s