Côte d’Ivoire/Mutinerie : le gouvernement paiera rubis sur l’ongle dès lundi

image

Un accord a été trouvé entre le gouvernement et les soldats mutins, dans la nuit de vendredi à samedi, à l’issue des négociations de plusieurs heures, dans la résidence du préfet de Bouaké, interrompues maintes fois.

Cet accord est conclu au terme d’une journée agitée jusqu’à la nuit, où l’on a pu entendre des tirs de sommation sporadiques en l’air pour maintenir la pression sur le ministre Donwahi et sa délégation dont faisaient partie le nouveau chef d’état-major de l’armée, et les deux anciens célèbres de la rébellion de 2002-2010, Issiaka Ouattara dit Wattao ou Sabélébélé, et Chérif Ousmane.

Les négociations ont été faites à huis clos, ce qui avait empêché plusieurs médias présents sur place d’accéder au contenu du texte conclu entre les deux camps. Mais les informations fuitaient sur les visages des mutins qui avaient envahi le domicile du préfet, et qui tantôt tiraient en l’air pour manifester leur colère, quand un mauvais son se colportait par l’un des leurs.

Enfin de compte les tenants et les aboutissants s’amplifiaient. Les mutins avaient poussé le bouchon trop loin, en réclamant au lieu de 5 millions, un montant de 10 ou 12 millions de FCFA pour chacun de 8. 500 soldats concernés. Bonne stratégie, pourtant inacceptable pour la délégation du gouvernement qui n’a plus cherché à marchander le montant de 5 millions du début des mouvements d’humeur, mais l’avait accepté, en promettant de le verser dès lundi.

Pour rappel, un mouvement d’humeur des militaires avait été déclenché dans la nuit de vendredi le 6 à samedi le 7 dans la deuxième ville de Côte d’Ivoire, Bouaké, située dans le centre-nord du pays. Très vite, il s’était propagé comme le virus Ebola dans les villes de Korhogo, Daoukro, Daloa et Odienné.

A la sortie d’un Conseil de sécurité, présidé par le président Ouattara, des discussions avaient été entamées entre les autorités représentées par le ministre de la Défense Alain Donwahi et les soldats séditieux, dans la ville de Bouaké.

La ferveur des mutins les avait même endiablés à séquestrer le ministre et sa délégation durant des heures dans la résidence du préfet de Bouaké.

Dans une brève déclaration, retransmise par la télévision nationale le président Ouattara donnait son accord « pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amélioration des conditions de vie des soldats », mais tout en demandant à «  tous les soldats de regagner leurs casernes pour permettre l’exécution de ces décisions dans le calme. »

KouroukanfougaNews

C’est avec vos encouragements que nous pouvons continuer. Faites des gestes en aimant seulement cette nouvelle page kouroukanfougaNews (https://m.facebook.com/kouroukanfouganews/)  pour recevoir nos ActuaRéalités. Cliquez sur le bouton en bas du logo de la page.

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s