CI/Révélations graves sur les législatives à Cocody: le camp d’Affoussiata aurait voulu que Ouattara et Bakayoko soient intervenus, mais en vain

image

Le grand duel entre les amazones de Cocody, Affoussiata Bamba-Lamine et Yasmina Ouégnin, remporté par cette dernière, est loin d’enterrer ses polémiques. Et cette toute récente révélation pourrait coûter très chère à la ministre de la Communication et porte-parole adjoint du gouvernement, maître Affoussy, pour peu que son camp ait voulu dans le ballotage que le président Ouattara et son ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, soient intervenus en leur faveur contre l’autorité de la Commission électorale indépendante. Requête qui s’est heurtée tout de suite contre un prompt NIET.

Si cela s’avère vrai, ce serait un procès de tentative de subornation qui ne laisserait pas ses auteurs impunis dans un pays démocratique dont le statut “démocratique” est déjà confirmé par l’impartialité et la non-interférence de Ouattara et son tout-puissant ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, dans des affaires d’une autorité compétente indépendante.

Et cette tentative de subornation, c’est le journal hebdomadaire Jeune Afrique qui nous la révèle sur son site officiel dans un article intitulée:

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES EN CÔTE D’IVOIRE : LES DESSOUS DU DUEL DE COCODY

C’était la bataille la plus attendue des législatives du 18 décembre.

À Cocody, Yasmina Ouégnin, la députée sortante, affrontait Affoussiata Bamba Lamine, la ministre de la Communication. La première, n’ayant pas été investie par son parti – le PDCI, d’Henri Konan Bédié –, concourt en indépendante ; la seconde défend les couleurs de la coalition au pouvoir (le RHDP, composé entre autres du PDCI et du RDR).

Le soir du vote, lorsque la ministre annonce sa victoire en postant des vidéos sur sa page Facebook, c’est l’étonnement général. Car les résultats, que relaient les antennes locales de la Commission électorale indépendante (CEI), indiquent tout le contraire. L’ambassade de France et plusieurs autres chancelleries occidentales sont alertées. Les observateurs aussi.

La pression monte à la CEI centrale. Dans le camp d’Affoussiata Bamba Lamine, on s’en remet à Hamed Bakayoko, le ministre de l’Intérieur, et même au président Ouattara, qui répond qu’il n’a pas à s’en mêler. Les résultats officiels tomberont près de quarante-huit heures plus tard. Avec plus de 56 %, la députée sortante bat la ministre, qui finit par reconnaître sa défaite.

Jeune Afrique

Kouroukanfouganews | 28-12-2016

Visitez et aimez notre nouvelle page KouroukanfougaNews pour avoir accès facile à plus d’ActuaRéalité: https://m.facebook.com/kouroukanfouganews/

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s