Côte d’Ivoire/Législatives à Cocody: Affoussy et Yas, deux amazones prêtes à se tirer les cheveux

image

Depuis deux jours les pavés de la commune de Cocody tintent des chevauchées de deux amazones que tout oppose : éducation, âge, carrière professionnelle et politique, idéologie et visions politiques. Elles se nomment, respectivement, Affousiata Bamba-Lamine et Yasmina Ouégnin.

Affousiata Bamba-Lamine

Née en 1970 à Abidjan, Affoussiata Bamba-Lamine, mariée et mère de deux enfants, députée sortant d’Abobo, est depuis le 22 novembre 2012 ministre de la Communication et Porte-parole adjoint du Gouvernement ivoirien. Diplômée en droit à l’Université Robert Schumann de Strasbourg, d’un DESS de Juriste international à Paris à l’Université Réné DESCARTES de PARIS V, d’un Doctorat en Droit Comparé, Droit International Privé à l’Université de NANCY II, sa carrière politique et administrative se situe en 2000 et au ministère d’État, ministère de la communication où elle joue le rôle d’une brillante conseillère juridique dont profite deux ans plus tard Guillaume Kigbafori Soro, meneur alors d’une insurrection populaire politico-militaire au nom des Forces Nouvelles, et surtout, il en profite plus au Processus de paix Linas Marcoussis. Elle est également titulaire d’un Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat et depuis 2001, inscrite au Barreau de Paris en qualité d’avocate. Elle défendra les couleurs du RHDP, lors des législatives du 18 décembre prochain dans la circonscription de Cocody.

Yasmina Ouégnin

Née en 1979 à Boulogne (Paris), députée sortante de la circonscription de Cocody (élue sous la bannière du PDCI), diplômée de l’école de commerce d’Abidjan, l’ESCAE, et de l’école de management de Bordeaux, en France, Yasmina OUEGNIN est une freelance, c’est-à-dire qu’elle travaille pour son entreprise d’assurance AVEDIS créée en 2005, dans le courtage et l’ingénierie des risques. Ses activités à la tête du Secrétariat général de l’Association Nationale des Courtiers d’Assurance et de Réassurance de Côte d’Ivoire (ANCARCI), ne pourront l’importuner dans ses activités au sein du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), grâces auxquelles elle se verra élue député de la commune de Cocody aux législatives de 2011, alors qu’elle n’avait que 32 ans. Benjamine d’une famille de 5 enfants, elle devient donc la benjamine d’une Assemblée Nationale ivoirienne de 255 députés, mais son manque d’expérience l’amène à brandir le « NON » lors du vote par l’Assemblée du projet de loi qui vient de donner une troisième république à la Côte d’Ivoire. Depuis lors, elle n’était qu’une brebis égarée avant d’être bannie avec son père du PDCI-RDA. Elle conduira la liste « Ensemble pour Cocody » aux élections législatives du 18 décembre prochain dans la circonscription de Cocody.

Affoussy et Yas, deux amazones prêtes à se tirer les cheveux

Si l’on ne veut tenir compte que sur la carrière politique et professionnelle, Me Affoussy (nom affectif d’Affousiata) peut l’emporter sur Yas (nom affectif de Yasmina) dont la carrière se complète toujours avec le nom d’un semblable « Papa Raspoutine », l’Ambassadeur Georges Ouégnin, qui fut durant 41 ans le chef du protocole de Côte d’Ivoire sous le feu Félix Houphouët-Boigny et ses successeurs, Henri Konan Bédié et Robert Guéï. Mais dans une élection le charisme « obamien » a toujours laissé un électorat pantois.

Par ailleurs, Affoussy et Yas, ces deux amazones prêtes à se tirer les cheveux dans l’arène de Cocody devant la bourgeoisie, sont diamétralement opposées l’une à l’autre, idéologiquement. Affoussy se veut être « {…} candidate pour contribuer à la renaissance de Cocody, et dans l’Union, la Discipline et le Travail,… surmonter {avec eux, ndlr} les difficultés pour écrire les plus {grandes, ndlr) pages de l’histoire de… {leur, ndlr} destin commun », comme elle l’affirmait place Saint Jean de Cocody devant ses inconditionnels.

Mais, pour séduire des futurs électeurs, en égrenant les actions qu’elle a menées en faveur de la population d’Abobo, elle obtiendrait un bilan mitigé pour ces « Salle multimédia pour les réunions d’associations de jeunes Abobolais, cadre propice aux recherches d’opportunités d’emplois et d’auto-formation ; financement des associations de femmes pour leur permettre d’entreprendre des activités génératrices de revenus ; soutiens financiers à des jeunes filles pour les aider à ouvrir des salons de coiffure ». En plus, Abobo dont elle s’est servi et qu’elle abandonne à son sort, n’est-il pas le terroir idéal pour son idéologie défendue ?

Yas l’indisciplinée ( qui conduit la liste « Ensemble pour Cocody ») qui lançait ex cathedra au stade de la Soghefia que « Si mettre l’intérêt général au-dessus des intérêts partisans. Et si s’appesantir sur la défense des aspirations légitimes des populations c’est faire montre d’indiscipline, alors j’assume », Yas pourrait vendre du rêve à ses admirateurs. Et le populisme n’est pas vendre un chat en poche. De quel « intérêt des populations de la Côte d’Ivoire, prises dans leur diversité, en intégrant toutes les sensibilités, tous les talents » parle-t-elle et qu’elle se veut défendre, qu’elle n’a pu défendre dans l’hémicycle durant 5 ans ?

Par kouroukanfouganews
Publié le 12 décembre 2016

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s