Libye: après Déby et Al Sissi, Poutine sera-t-il l’ultime soutien militaire du maréchal Haftar ?

image

Le général promu maréchal par les autorités de l’est de la Libye installées à Toubrouk, Khalifa Haftar, était les 27 et 28 novembre en visite chez Poutine, l’homme fort de la Russie et de la Syrie, persona non grata de l’Occident et son OTAN, mais persona grata des autorités faisant face à ce qu’elles appellent l’interventionnisme machiavélique des occidentaux.

Si l’on essaye de centrifuger nos matières grises pour essayer de percer les dessous des cartes d’une telle visite, énième cette même année, l’on trouverait que l’homme fort de la Cyrénaïque qui ne fait pas de cadeau aux terroristes et dont la puissance de feu fait florès et séduit les oligarques après sa conquête de « croissant pétrolier », s’est rendu à Moscou pour demander le soutien de l’artillerie russe qui montre ses preuves en ce moment en Syrie, après avoir obtenu ceux de Déby et Al Sissi, pour donner son intégrité à la Libye qui échappe au fameux gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj imposé par la Communauté internationale aux libyens.

L’Occident est conscient des motifs des visites de Haftar, mais comme d’habitude, lui-même qui ne recule pas d’un iota dans son soutien aux forces parallèles et négatives combattant des autorités non-alliées, spécule sur des réponses probables de Kremlin aux requêtes de l’homme incontournable de la Libye, comme nous pouvons le constater à la fin de cet article de RFI que nous relayons, intitulé :

LIBYE: LE GÉNÉRAL HAFTAR À MOUSCOU EN QUÊTE DE SOUTIEN MILITAIRE

Le général libyen Khalifa Haftar a effectué ces 27 et 28 novembre une visite éclair à Moscou. C’est la deuxième fois cette année que le chef des forces de l’Est lié au Parlement de Tobrouk se rend à Moscou.

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Les quelques heures que le général Haftar a passées à Moscou ont été qualifiées de « visite officielle ». Une première. Mais il était déjà à Moscou en juin dernier ; il y avait rencontré le ministre de la Défense Serguei Shoigu, et le secrétaire du Conseil de sécurité nationale Nikolaï Patrouchev.

Le général Haftar devient incontournable en Libye, où il engrange les victoires militaires, avec notamment la prise récente du croissant pétrolier. Il est soutenu par l’Egypte du général Sissi, et, comme lui, qualifie les Frères musulmans de « terroristes », les accusant d’avoir trop d’influence sur le gouvernement d’union nationale parrainé par les Nations unies. Cette alliance avec Le Caire, et cette vision du terrorisme islamique, le rapprochent de la Russie.

Le général Haftar ne cache pas qu’il est venu chercher le soutien militaire de Moscou. Il bénéficierait déjà de l’aide d’instructeurs russes présents en Libye. Mais d’après la presse, il est venu demander que la Russie s’engage dans une opération militaire similaire à celle menée en Syrie. Une requête difficile à satisfaire sur le plan diplomatique alors qu’un embargo onusien interdit toutes livraisons d’armes en Libye et que le général Haftar ne représente pas le gouvernement officiel.

Et sur le plan militaire, la Russie n’a sans doute pas les moyens de s’engager sur plusieurs fronts. Mais la Russie n’est pas le seul pays que le général Haftar intéresse. Certains pays occidentaux ne sont pas indifférents à sa démarche.

RFI

Par kouroukanfouganews
Publié le 29 novembre 2016

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s