Plaidoyer pour une Francophonie plus solidaire

image

Des discours à l’unisson. Les dirigeants des pays membres de la Francophonie accordent leur voix pour un renforcement des liens au sein de l’espace francophone en étant plus efficaces face aux défis multiples auxquels il doit faire face.

« Nous sommes déterminés à resserrer les liens qui nous unissent tous (…) Le 21e Siècle nous appartient si nous sommes prêts à relever les défis auxquels nous sommes confrontés (…) C’est à nous de le saisir ! », lance le Premier ministre canadien Justin Trudeau lors de l’ouverture du XVIème Sommet de la Francophonie à Antananarivo.

Le raffermissement de la solidarité fait partie des objectifs de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Mais le point a été maintes fois rappelé ce jour. A l’instar de Justin Trudeau, plusieurs hauts dirigeants des pays participant au Sommet prônent le même discours. « Au niveau des enceintes internationales, dans le cadre de négociations sur le changement climatique ou la mise en œuvre des Objectifs de développement durable de 2030, ensemble, nous pouvons peser sur les débats », exhorte Johann Schneider-Ammann, Président de la Confédération helvétique.

La nécessité de solidarité plus accrue est d’autant plus pertinente pour faire face aux divers défis, soulevés par les gouvernants des pays membres de la  Francophonie. Le développement économique, les changements climatiques, la migration, la question des droits de l’homme, la jeunesse, sont autant de sujets nécessitant une plus grande concertation. « Parce que nous n’avons plus d’autre choix que d’affronter et de gérer, tous ensemble, ces menaces, ces défis, ces urgences qui nous concernent tous et dont les effets se font sentir sur tous », argumente Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la  Francophonie.

De son côté, le président français François Hollande soulève la question du terrorisme. « La Francophonie doit contribuer à nous rassembler pour lutter contre le fanatisme. C’est en ce sens ce qui est fait pour lutter contre la radicalisation, pour échanger les expériences, pour faire que la jeunesse puisse davantage se comprendre et se connaitre », indique-t-il.

Le Président tchadien et président en exercice de l’Union africaine, Idriss Déby Itno, souhaite une meilleure efficacité de cette solidarité au sein de l’espace francophone.  « Puisse le Sommet d’Antananarivo être celui  d’une solidarité agissante et des actions concrètes », aspire-t-il.  Le discours de circonstances n’était pas de mise.

Pour le Président malgache, la Francophonie dispose des armes pour contrer les menaces. « Les valeurs défendues par la communauté francophone constituent des réponses efficaces. L’enracinement démocratique, l’éducation pour tous et le dialogue entre les cultures, en sont les socles », rappelle-t-il.

Ces valeurs permettent aux pays membres de l’espace francophone de maintenir les liens entre eux. Mieux, le discours de Justin Trudeau représente véritablement cet esprit d’ouverture qui règne au sein de la  Francophonie, et ce, dans le respect de ses valeurs. La présentation de dossiers de candidature de certains pays et provinces pour une adhésion à l’OIF illustre cet état d’esprit.

Source: http://www.francophonieantananarivo-2016.mg/plaidoyer-pour-une-francophonie-plus-solidaire/

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s