Des heurts meurtriers en Centrafrique

image

Une intervention des soldats de la Mission des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA) contre une manifestation de la société civile centrafricaine s’est soldée par la mort de trois personnes.

Les heurts entre les manifestants et les casques bleus – les soldats de l’ONU – ont également fait trois blessés par balle, selon la police centrafricaine.

Des organisations de la société civile ont appelé les Centrafricains à observer une journée « ville morte » ce lundi, pour exiger le départ des forces de la MINUSCA.

Le Groupe de travail de la société civile accuse les casques bleus de manquer à leur devoir de protection des civils.

Les heurts ont éclaté lorsque les casques bleus sont intervenus pour dégager des barricades dressées par les manifestants.

Des membres du gouvernement centrafricain, dont le Premier ministre Mathieu Simplice Sarandji, avaient appelé au boycott du rassemblement des organisations de la société civile et de la journée « ville morte ».

Aucun service public n’a fonctionné ce matin, car les habitants de Bangui sont restés à la maison, obéissant au mot d’ordre de la société civile.

« Le départ de la MINUSCA, c’est le vœu de l’écrasante majorité des Centrafricains (…) La principale mission de la MINUSCA, c’est de réduire les groupes armés. Sur le terrain, on constate l’exact contraire. On constate la montée en puissance des groupes armés », a dénoncé l’un des organisateurs du rassemblement de la société civile, Gervais Lakosso.

« Il y a des tueries tous les jours. On a dénombré des milliers de morts », a-t-il soutenu.

La Mission des Nations unies en Centrafrique nie les accusations des organisations civiles centrafricaines.

« La force de la MINUSCA est impartiale (…) Lors des récentes violences à Kaga-Bandoro (centre), elle a démontré son impartialité », a fait valoir son porte-parole, Vladimir Monteiro.

« Grâce à son impartialité, la force de la MINUSCA a contribué à la stabilité de ce pays. La preuve : la réussite du processus électoral et la fin des tueries de masse », a-t-il soutenu.

La société civile centrafricaine a fait signer une pétition qui exige le retrait des casques bleus de la Centrafrique.

Selon ses leaders, la pétition aurait recueilli plus de 30 000 signatures en 72 heures.

Par BBC Afrique | 24-10-2016

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s