CI/La nouvelle Constitution et son interprétation controversée par Kandia Camara : « Ce n’est pas une affaire politique »

image

Il est de notoriété publique que la politique par toutes ses différentes étymologies, dont Politikos et Politeia, est par définition le cadre général d’une société organisée et développée par des lois qui la régissent faisant partie d’un texte fondamental d’un tiers État, ou, ce qui n’est pas ici le cas, d’une quelconque organisation dont il est préférable d’appeler les lois fondatrices (de cette organisation) Traité.

Ces lois dont il question, ne peuvent être que la Constitution d’un État. Donc une Constitution est une loi fondamentale ou un ensemble de principes qui détermine l’organisation et le fonctionnement d’un organisme, généralement d’un État ou d’un ensemble d’États.

Stricto sensu, une Constitution est à la fois l’acte politique et la loi fondamentale qui unit et régit de manière organisée et hiérarchisée l’ensemble des rapports entre gouvernants et gouvernés au sein de cet État, en tant qu’unité d’espace géographique et humain. Elle protège les droits et les libertés des citoyens contre les abus de pouvoir potentiels des titulaires des pouvoirs, notamment exécutif, législatif, et judiciaire.

A contrario, son interprétation outrepassant le cadre politique, ne serait aucunement ni sémantique, ni philosophique, mais controversée et surtout venant d’un homme ou d’une femme politique, comme la ministre de l’Éducation nationale, Kandia Camara, dont l’intervention sur cette nouvelle Constitution, devant les populations de Toupah et du Leboutou, porte à beaucoup de confusion, pour ne pas dire controversée.

C’est cet article de Fraternité Matin, paru ce 24 octobre, que nous prélevons sur son site, qui nous le révèle ; intitulé :

NOUVELLE CONSTITUTION/KANDIA CAMARA : « CE N’EST PAS UNE AFFAIRE POLITIQUE »

La ministre de l’Éducation nationale, Kandia Camara, membre du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) a fait savoir aux populations de Toupah et du Leboutou que « la nouvelle Constitution n’est pas une affaire politique ».

C’était le 23 octobre 2016, lors de la commémoration de la Journée internationale de la femme rurale où elle était la marraine. Elle avait à ses côtés son collègue des Droits de l’homme et des Libertés sociales, Badjo Colette, fille de la région.

La ministre Kandia Camara a exhorté celles-ci à s’approprier la nouvelle Constitution et à aller voter « Oui » massivement le 30 octobre 2016. En effet, rassure-t-elle, ce nouveau projet prévoit des dispositions qui garantissent la stabilité et la paix durable en Côte d’Ivoire, son développement et l’avenir des nouvelles générations. En outre, a-t-elle dit, cette nouvelle Constitution interdit la vente de terre aux non nationaux. « L’heure est arrivée de décider de l’avenir et du bonheur du pays. Nous avons besoin de paix durable et d’investisseurs pour son développement. Il faut voter sans privilégier ses intérêts et son appartenance politique », a recommandé Kandia Camara.

Puis d’inviter les femmes de Toupah et du Leboutou à s’investir dans la campagne référendaire pour que le « oui » triomphe parce que la nouvelle Loi fondamentale est à leur faveur. Car, elle prévoit la parité entre la femme et l’homme. Aussi a-t-elle souligné qu’une campagne pour son explication est prévue dans la région et sur l’ensemble du territoire national.

Toutefois, le premier responsable de l’Éducation nationale a salué le modèle de cohésion, d’union et de fraternité qui existe entre les 19 associations des femmes de la région. Pour cette célébration de la femme rurale, elle a offert des présents à 12 matriarches et 4 450 000 de Fcfa à la population.

Le président du Conseil régional, Gabriel Yacé, a confié que les Grands Ponts ont déjà marqué leur adhésion au projet de création de la 3e République afin que la Côte d’Ivoire tourne la page à une décennie d’instabilité politique et institutionnelle.

BELLARMIN YAO KAN
CORRESPONDANT REGIONAL

Par kouroukanfouganews
Publié le 24 octobre 2016

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s