Côte d’Ivoire: place à la devinette sur le futur ’’Joe Biden’’ d’Alassane Ouattara

image

Le texte de l’avant-projet de la nouvelle Constitution ivoirienne a été entériné ce mardi 11 octobre en plénière à l’Assemblée nationale, après avoir été présenté et défendu par le président Alassane Ouattara le 5 octobre devant les députés.

Le texte prévoit (entre autres révisions et créations ) que « le candidat doit être exclusivement de nationalité ivoirienne, né de père ou de mère ivoirien d’origine », et la création d’un Sénat dont un tiers des membres seront nommés par le président, et d’un poste de vice-président « élu en même temps » que le président.

En principe, avant toute prophétie sur la personne qui sera nommée à ce poste, le vice-président sera le second personnage de l’exécutif, c’est-à-dire le successeur du ’’détenteur du Code de tir nucléaire’’, donc du président, en cas de vacance du pouvoir liée à la mort, à la démission et à l’impeachment.

Aux États-Unis, le rôle d’un vice-président est bien défini par la Constitution. Il n’a aucun rôle exécutif, le président exerçant pleinement. Constitutionnellement, il est habilité à assurer également la présidence du Sénat, mais il n’agit cependant que comme un agent du président. Il ne doit pas intervenir dans les débats de la Chambre haute.

En Côte d’Ivoire, bien que le texte de l’avant-projet fasse cas d’exception, en autorisant le président Ouattara à nommer son vice-président dans son deuxième mandat, car c’est le dernier, il reste quand même à déterminer le rôle de ce dernier, Ouattara exerçant pleinement. Assurera-t-il la présidence du Sénat. Ses fonctions, auprès du président, ne seront que procédurales ? Aurait-il de l’influence sur le Parlement ?

Les citoyens ivoiriens ne se posent pas ces questions pour s’en faire des réponses, mais laissent plutôt place à la devinette sur un futur ’’Joe Biden’’ de Ouattara, en cas de vacance du pouvoir, comme Jeune Afrique qui par cet article que nous prélevons sur son site, s’en enquiert, intitulé:

CÔTE D’IVOIRE : QUI SERA LE VICE-PRÉSIDENT D’ALASSANE OUATTARA ?

Comme le projet constitutionnel soumis à référendum le 30 octobre stipule qu’un vice-président doit être nommé lors de la promulgation de la future loi fondamentale, les pronostics vont bon train.

Henri Konan Bédié ? Vu son âge, 82 ans, beaucoup en doutent. Guillaume Soro ? Depuis qu’il s’est dit prêt à rempiler à la présidence de l’Assemblée, il s’est retiré de la course. Restent le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, le secrétaire général de la présidence, Amadou Gon Coulibaly, et le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko.

Un « ticket » Nord-Sud semblant être envisagé, « Kablan » a toutes ses chances, car c’est le seul qui ne soit pas originaire de la même région que le Nordiste Alassane Ouattara. Le nouveau Premier ministre pourrait alors être l’un des deux autres, avec un avantage certain pour Gon Coulibaly. En vogue chez les diplomates européens, l’hypothèse de voir Thierry Tanoh, le secrétaire général délégué à la présidence, accéder à ce dernier poste paraît prématurée.

Par kouroukanfouganews
Publié le 13 octobre 2016

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s