Gabon/Réactions après la réélection d’Ali Bongo: l’Union africaine « prend acte » du verdict et « exhorte l’opposition politique à plus de responsabilités ».

image

Après l’annonce de la réélection du président Ali Bongo à la tête du Gabon par la Cour constitutionnelle, l’Union africaine, dont le président tchadien Idriss Déby assure la présidence en exercice, a fait savoir qu’elle avait «pris acte» du verdict. Du côté des capitales influentes, la France, les Etats-Unis et le Maroc se sont aussi exprimés. Des réactions formulées en termes choisis.

La première grande capitale à s’être exprimée a été Washington par la voix de son ambassade à Libreville. La délégation américaine au Gabon « note la décision de la Cour constitutionnelle ». Elle appelle par ailleurs celle-ci à « publier les détails de ses procédures, par souci de transparence ». Les Etats-Unis appellent les deux parties au dialogue pour « panser les blessures d’un pays divisé ». Enfin, Washington s’inquiète des arrestations signalées dans les rangs de l’opposition, ainsi que de la perturbation du réseau Internet.

A Paris, la formule est savamment pesée : le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault « regrette » que l’examen des recours n’ait pas « levé tous les doutes » sur la réélection d’Ali Bongo. La France demande toutefois à l’opposition de « récuser l’action violente » et au gouvernement de « prendre des initiatives » pour « restaurer la confiance des Gabonais en leurs institutions ».

Au Maroc, un allié fidèle du Gabon, la diplomatie a dit « prendre acte » de la réélection du président sortant et se dit confiante dans le fait que les Gabonais choisiront la voie du dialogue pour résoudre la crise.

Idriss Déby appelle à un « dialogue politique »

C’est par un communiqué que le chef de l’Etat tchadien de retour de New York a pris acte de la réélection d’Ali Bongo Ondimba. Il invite « le président réélu à créer les conditions nécessaires et propices à un dialogue politique regroupant tous les fils du Gabon, gage de paix et de stabilité, exhorte l’opposition politique à plus de responsabilités ».

Idriss Déby, dont la présence a été annoncée à Libreville il y a quelques semaines au début de la crise post-électorale, n’a finalement pas fait le déplacement. Il a préféré attendre, les voies de recours n’étant pas épuisées, indique un de ses proches.

Le Tchad était tout de même à Libreville pour la fin du contentieux post-électoral. Nagoum Yamassoum, président du Conseil constitutionnel a fait partie de la délégation de l’Union africaine qui a assisté le Conseil constitutionnel gabonais.

Par RFI | 25-09-2016

PS: le titre original de cet article, est: Gabon: les réactions après la validation de la réélection d’Ali Bongo

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Une réflexion sur « Gabon/Réactions après la réélection d’Ali Bongo: l’Union africaine « prend acte » du verdict et « exhorte l’opposition politique à plus de responsabilités ». »

  1. Tres sage decision de la cour constitutionnelle gabonnaise car nul n a le droit de se proclamer vainqueur avant la decision de la CENI et de declarer bien avant les elections la descente du peuple dans la rue si jamais l’autre gagnait les elections. Courage au president reelu et que le peuple souverain du gabon s’unissent autour de lui.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s