Un putsch se prépare-t-il contre Ali Bongo avec l’envoi par Paris de son 2ème Régiment de Légion étrangère sur Libreville ?

image

Rien ne nous étonne de l’impérialisme avec ses machines de guerre qui n’attendent pas pour se mettre en marche une fois que les allégations de leurs Chefs suprêmes montées de toutes pièces se font entendre derrière les bureaux ovales.

Pas besoin de faire un tour d’horizon pour se retrouver en Irak de Saddam que l’impérialisme a pendu, en Libye de Kadhafi qu’il a rendu martyr, et en Syrie de Bachar où il ne distingue pas un terroriste d’un rebelle ou d’un islamiste modéré pourvu que ce dernier s’en aille, pour démystifier l’alibi de ses seuls modus operandi: protéger nos ressortissants en danger, il faut un corridor humanitaire dans l’immédiat pour sauver des vies.

Cela revient à dire que les initiés à cette théorie de va-en-guerre délétère, savaient depuis quelques jours que la France évoquait avec émotion la disparition d’une quinzaine de ses ressortissants au Gabon après l’élection contestée d’Ali Bongo, qu’elle se préparait à envahir un pays souverain pour protéger non pas ses ressortissants à l’abri de tout danger imminent, mais ses entreprises menacées par des concurrences et transparence.

Mais il faut dire que l’on n’a jamais craint le pire avec la présence de ces 450 soldats français au Gabon, qu’avec l’envoi d’un 2ème Régiment de Légion étrangère, révélé par cet article de Dakaractu de ce mardi, que nous prélevons sur son site d’information, intitulé:

ALERTE GABON: PARIS ENVOIE SON 2ème RÉGIMENT DE LÉGION ÉTRANGÈRE SUR LIBREVILLE

Les prochaines heures risquent d’être mouvementées à Libreville. La France vient, en effet, de prendre une décision lourde de conséquences sur la crise qui sévit dans la capitale gabonaise. Faut-il craindre un putsch contre le président Ali Bongo qui n’est plus en odeur de sainteté avec Paris? 

La grave crise post-électorale qui secoue le Gabon depuis l’annonce de la réélection d’Ali Bongo, le 31 août, ainsi que la disparition d’une dizaine de ressortissants français dans ce pays, pousse Paris à déployer un dispositif militaire en vue de sécuriser ses ressortissants.

Selon nos sources, une compagnie du 2e Régiment étranger de parachutistes (REP) de la Légion étrangère, dirigée par la colonel saint-cyrien, Jean de Monicault et basée à Calvi, en Haute-Corse, a été mise en alerte Guépard.

Elle est prête à se rendre à Libreville dans les prochaines heures.  

Par ailleurs, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude et le patrouilleur Cdt Ducuing, actuellement présents dans les eaux ouest-africaines, se dirigent vers le Gabon après avoir vu leur dispositif renforcé par des équipes de protection et des équipes cynophiles.

Enfin, les 450 hommes des ex-Forces françaises au Gabon (FFG) rebaptisées Eléments français au Gabon (EFG) peuvent être également mobilisés à tout moment.

Par kouroukanfouganews
Avec Dakaractu
Publié le 7 septembre 2016

Publicités

Auteur : Charles Coulibaly Nountché

Écrivain, poète, blogueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s