Sénégal : le Khalife de Pire, Serigne Moustapha Cissé, est décédé

image

La confrérie des Tidjanes du Sénégal, est en deuil. Le Khalife de Pire, Serigne Moustapha Cissé, qui fut ambassadeur, pendant plusieurs années, et conseiller des présidents Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, est décédé ce samedi à l’âge de 83 ans, a-t-on appris de plusieurs médias sénégalais.

D’après la Radio-Sénégal, le chef religieux sera inhumé le même jour à Pire, dans la région de Thiès, dans l’ouest du pays.

Pire est l’un des plus importants foyers des Tidjanes du Sénégal.

Serigne Moustapha Cissé est apparenté à la famille de Seydi Malick Sy (1855-1922), Sy, le principal propagateur de la confrérie Tidjane au Sénégal à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Que son âme repose en paix !

Kouroukanfouganews

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro célèbrera à Bouaké le 10è anniversaire de l’attentat du Fokker 100

image

Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro, célébrera jeudi prochain à Bouaké (ville située au centre-nord de la Côte d’Ivoire) le 10è anniversaire de l’attentat du Fokker 100, nous rapporte l’APA, qui l’a appris, vendredi, de source proche des organisateurs.

L’information sur ce 10è anniversaire de l’attentat du Fokker 100, placé sous le thème : « 10 ans après, le temps du pardon », a été donnée, vendredi, à Bouaké (379 km au Nord d’Abidjan) par le président de l’Amicale du Fokker 100, Siratigui Konaté qui s’exprimait lors d’un point presse.

‘’Nous attendons la présence du président Guillaume Soro’’ qui est ‘’un rescapé de l’attentat’’ du 29 juin 2007 à Bouaké mais aussi ‘’le président d’honneur’’ de l’Amicale du Fokker 100 (Association regroupant les rescapés de l’attentat), a déclaré M. Konaté.

Le 29 juin est la date commémorative de cet attentat perpétré à Bouaké en 2007 contre l’avion (Fokker 100) qui transportait Guillaume Soro avec 43 autres personnes pour accomplir, dans cette partie du territoire alors coupée du reste du pays, une mission du gouvernement dont Soro était le Premier ministre aux côtés du président Gbagbo, suite à l’accord de Ouagadougou signé le 4 mars 2007.

Dans la foulée, plusieurs rumeurs ont circulé dans la presse ivoirienne sur le ou les responsables de cet attentat, dont Chérif Ousman, commandant des Forces nouvelles de la ville de Bouaké, qui reprocherait à Soro de ne l’avoir pas consulté avant la signature de l’accord de Ouagadougou.

L’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), a été aussi accusée par les Forces nouvelles de manquer à leur rôle de sécurisation du secteur avant l’arrivée des missionnaires.

Mais il faut dire que plusieurs proches du sergent-chef Ibrahim Coulibaly dit IB, en ont subi une chasse aux sorcières, car ce dernier était dans une guerre sans merci avec Guillaume Soro qu’il accusait de trahison, comme les deux s’accusaient l’un et l’autre de conspiration.

Sans doute que c’est la persécution des partisans d’IB qui justifie les propos du président de l’Amicale du Fokker 100 : ‘’Nous ne sommes là pour remuer le couteau dans la plaie mais comme je l’ai dis ce sont les rescapés de cet avion et les parents de ceux qui sont décédés qui ont décidés de se mettre ensemble pour se rencontrer dans un cadre d’entraide et de réflexion pour ne plus que ce qui s’est passé ne se répète encore en Côte d’Ivoire’’.

Kouroukanfouganews

Chine : 141 personnes portées disparues suite à un glissement de terrain dans le sud-ouest

image

Un glissement de terrain, qui est survenu samedi matin dans la province chinoise du Sichuan (sud-ouest), a enseveli 46 logements, alors que 141 habitants sont portés disparus, a-t-on appris du gouvernement provincial.

Un glissement de terrain provenant d’une zone élevée d’une montagne dans la préfecture autonome tibétaine et Qiang d’Aba a touché le village de Xinmo de la commune de Maoxian vers 6h00, bloquant une section de deux kilomètres d’une rivière et ensevelissant 1.600 mètres de route.

Le gouvernement provincial a lancé le plus haut niveau de réponse post-catastrophe et envoyé des équipes de secours vers le site.

Plus de 300 secouristes avec des excavateurs et des équipements détecteurs de vie ont été envoyés vers le site, selon Tang Limin, porte-parole du gouvernement provincial du Sichuan.

Par Xinhua | 24-06-2017

Tierno Monénembo reçoit le Grand prix de la francophonie de l’Académie française

image

Le grand écrivain guinéen Tierno Monénembo, lauréat du prix Renaudot en 2008, a été distingué jeudi par la plus prestigieuse récompense de l’Académie française, le Grand prix de la francophonie.

Le romancier, auteur notamment du « Terroriste noir » récit sur la vie d’Addi Bâ, un Peul de Guinée, héros de la Résistance française, membre du premier maquis des Vosges et fusillé par les nazis en 1943, est également connu pour avoir dénoncé le silence de la communauté internationale après le massacre de plus de 150 civils par l’armée en septembre 2009 à Conakry.

« La Guinée se meurt, le monde a le droit de le savoir, le monde a le devoir de s’en indigner. Les Guinéens méritent la compassion des autres nations », avait écrit l’écrivain dans une tribune publiée par Le Monde affirmant « la Guinée se meurt, et il y a cinquante ans que cela dure : cinquante ans d’indépendance, cinquante ans d’enfer ! ».

Prix Renaudot en 2008

Auteur d’une douzaine d’ouvrages, la plupart édités au Seuil, dont « Le Roi de Kahel » qui lui a valu le prix Renaudot, Tierno Monénembo, 69 ans, grande voix de la littérature africaine, possède un style unique alternant gravité et légèreté.

Né en 1947 en Guinée, il s’est exilé en 1969, d’abord au Sénégal puis en Côte d’Ivoire, avant de gagner la France en 1973, où il a fait une thèse de biochimie.

Le grand prix de la Francophonie est doté de 30.000 euros.
Philippe Caubère Prix du théâtre, Gérard Manset Grande médaille de la chanson.

Au total l’Académie française décernait 63 distinctions pour son palmarès 2017.

Parmi les personnalités honorées figurent le comédien Philippe Caubère, prix du Théâtre et le chanteur Gérard Manset récompensé par la Grande médaille de la chanson française.

L’écrivain Charles Juliet, 82 ans, a reçu le Grand prix de littérature pour l’ensemble de son oeuvre tandis que le cardiologue franco-libanais François Boustani a reçu la Grande médaille de la francophonie.

Le cinéaste Stéphane Brizé, réalisateur notamment de « La loi du marché », a été récompensé par le prix du cinéma René Clair. Auteure remarquée du roman « Tropique de la violence » sur la tragédie des kwassa-kwassa entre les Comores et Mayotte, Nathacha Appanah a reçu quant à elle le prix Anna de Noailles.

Le poète haïtien Anthony Phelps récompensé

Du côté de la poésie, le grand prix a été remis au poète haïtien Anthony Phelps pour l’ensemble de son oeuvre.

Chaque année, l’Académie française remet ses prix dans tous les domaines de la culture pourvu qu’ils fassent usage de la langue française.

Le plus connu de ses prix, le Grand prix du roman de l’Académie française, sera quant à lui décerné comme d’habitude cet automne.

Par Culturebox (avec AFP)

Source : http://m.culturebox.francetvinfo.fr/livres/romans/tierno-monenembo-recoit-le-grand-prix-de-la-francophonie-de-l-academie-francaise-258283#xtref=acc_dir

Le procès de Michel Gbagbo pour « fausses nouvelles » reporté au 30 juin en Côte d’Ivoire

image

Le report au vendredi prochain est, selon l’avocat du fils de Laurent Gbagbo, dû à un dysfonctionnement de l’appareil judiciaire.

Le procès de Michel Gbagbo, le fils de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo pour « divulgation de fausses nouvelles » qui devait s’ouvrir vendredi à Abidjan, a été reporté au 30 juin, ont annoncé le procureur et l’avocat de l’accusé.

« La procédure a été renvoyée à la semaine prochaine », a simplement déclaré à l’audience le procureur Noël Boko.

Ce report « au vendredi prochain est dû à un dysfonctionnement de l’appareil judiciaire », a ajouté de son côté l’avocat de l’inculpé, Me Ange Rodrigue Dadjé.

Michel Gbagbo, présent au tribunal, devait comparaitre en même temps que le Français Laurent Despas, directeur général du site d’information en ligne Koaci.com. Ce dernier était absent, séjournant en France pour des « raisons de famille ».

Les deux hommes avaient été inculpés le 26 mai 2016 mais laissés en liberté par le procureur d’Abidjan, Richard Adou, à la suite d’une interview accordée à Koaci.com, publiée le 2 mai. Dans cet entretien, Michel Gbagbo y déclarait qu' »à la date du 30 mars 2016, 250 personnes étaient encore détenues dans les prisons » ivoiriennes et que « 300 personnes (…) inculpées et placées sous mandat de dépôt depuis 2011 sont portées disparues ».

« Le parquet informe qu’il n’a été saisi d’aucun cas de disparition d’inculpés de la crise postélectorale », avait réagi M. Adou, critiquant les déclarations « sans fondement et mensongères » de Michel Gbagbo.

Michel Gbagbo, né d’un premier mariage de l’ex-président ivoirien avec une Française, a par ailleurs été condamné le 10 mars 2015 à cinq ans d’emprisonnement pour « attentat à la sûreté de l’Etat ».

Simone Gbagbo, épouse de Laurent Gbagbo, purge elle une peine de 20 ans dans cette même affaire, après avoir été jugée pour son rôle dans la crise causée par le refus de son mari de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010.

Laurent Gbagbo est écroué depuis la fin 2011 à La Haye, où il est jugé par la Cour pénale internationale pour « crimes contre l’humanité » lors de la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts en Côte d’Ivoire.

Par VOA avec AFP | 23-06-2017

Côte d’Ivoire: la lettre de Charles Blé Goudé dans laquelle il félicite son «ami» KKB pour son retour au PDCI, et compte le revoir à la Haye en juillet

image

Dans un communiqué rendu public le 21 juin 2017 par son cabinet, dont Kouroukanfouganews a reçu copie via des sources concordantes, l’ancien ministre de la Jeunesse et leader des Jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, a félicité, dans une lettre, son «ami» Kouadio Konan Bertin dit KKB pour son retour au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), de même que les dirigeants de ce parti pour « leur attitude de sagesse ».

Notons que le désormais frondeur Kouadio Konan Bertin dit KKB, connu autant pour son impertinence que pour sa lèse-majesté à l’égard de leur baron, avait annoncé officiellement le lundi passé à Abidjan son retour au sein du PDCI, dont il était l’un des leaders charismatique de la Jeunesse, qu’il avait quitté pour se présenter à l’élection présidentielle de 2015, contre l’avis de celui-ci qui avait retiré sa candidature en faveur de celle d’Alassane Ouattara qui briguait un deuxième mandat.

La décision de KKB de revenir dans sa famille politique en enfant fugueur, n’est pas due à ses revers lors de l’élection présidentielle de 2015 et des législatives passées où il a perdu son siège à l’Assemblée nationale ivoirienne, comme on le suppose ; mais due, d’après lui, à la décision « du PDCI de présenter un candidat en 2020 et d’étudier une révision de la Commission électorale indépendante (CEI) », chargée du scrutin.

A part ces informations supplémentaires sur KKB, la lettre de l’ex-secrétaire général de la Fesci, Blé Goudé, semble rentrer dans le cadre de la Réconciliation des Ivoiriens, même si l’auteur refuse de tendre la main aux cadres du Rassemblement des républicains (RDR) qui pour autant n’a pas évincé tout seul le Front populaire ivoirien (FPI) lors de l’historique voire tragique présidentielle de 2010, mais avec toute une coalition dirigée par les deux grands partis politiques sus-cités, le RDR et le PDCI. C’est peut-être que pour mettre de plus l’accent sur ce processus de réconciliation que le célèbre prisonnier de Scheveningen compte revoir son ami le 1er juillet.

Bref, voici la célèbre lettre de Charles Blé Goudé à son ami KKB

La Haye le 21 juin 2017,

Félicitations, Cher ami!
Le lundi 19 juin dernier, à l’issue d’une rencontre avec le secrétaire général exécutif du PDCI-RDA, tu as annoncé ton retour au sein de ton parti. Dans l’intérêt de la cause commune, les responsables du PDCI t’ont accueilli à bras ouverts au siège de votre parti. Vous vous êtes assis et vous avez vidé la contradiction qui vous opposait. En définitive, tu as été réintégré dans les instances dirigeantes, mettant ainsi fin à plusieurs années d’incompréhensions.
Au nom de notre amitié, qui a été construite dans le respect de nos différences, au nom de notre vision qui prône le choc des contradictions comme mère de la vérité, je voudrais ici t’adresser mes félicitations. J’associe à ces félicitations, les dirigeants de ton parti, pour leur attitude de sagesse face à ta démarche noble. Après la décoration d’Essy Amara et Charles Konan Banny, après la réintégration de l’honorable Yasmina Ouégnin et les députés indépendants, aujourd’hui, toi. Cette politique de tolérance n’a diminué personne ; elle n’est ni la victoire d’un clan, ni l’humiliation d’un autre : c’est plutôt la démonstration de la grandeur de votre parti et le réconfort de vos militants, mais surtout, un regroupement de votre équipe et de ses valeurs internes, avant les échéances de 2020. C’est de cette Côte d’Ivoire que notre génération a toujours rêvé. Cette Côte d’Ivoire tolérante, où les enfants d’une même case finissent toujours par régler leurs différends. Cette Côte d’Ivoire, où l’adversaire politique n’est pas considéré comme un ennemi condamné à être cloué au pilori. Ton appartenance au PDCI-RDA et ta fidélité au Président Bédié, n’ont jamais constitué un obstacle à l’amitié que tu entretiens avec moi, Charles Blé Goudé, un Pro-Gbagbo. Refusant de nous enfermer dans une géographie politique, nous avons toujours assumé publiquement notre amitié, gage d’une Côte d’Ivoire qui brise les clôtures politiques. Tu as même bravé les menaces et autres intimidations pour nous visiter ici à la Haye, le président Gbagbo et moi, alors que nous étions adversaires aux élections de 2010. Prouvant ainsi qu’on ne se querelle pas sur tous les sujets, tout comme on n’est pas obligé de s’entendre sur toutes les questions. C’est cela qui fait la particularité de notre génération. D’ailleurs Je t’attends encore pour une autre visite le 1er juillet prochain comme convenu. Nous saisirons certainement cette opportunité pour parler de notre chère patrie. Car en 2020, l’emportera celui qui sera à même de rassembler les filles et fils de la Côte d’Ivoire, de rassurer les ivoiriens, et non celui qui leur aura le plus fait peur. Les ivoiriens ont tellement été traumatisés qu’ils n’ont plus besoin d’un dirigeant ou d’un parti politique qui inspire la peur et l’intolérance. Félicitations, cher ami et à bientôt !

Ton ami, Charles Blé Goudé
Homme politique en détention préventive à la Haye

Kouroukanfouganews

Côte d’Ivoire / Affaire découverte de cache d’armes chez Soul to Soul: des officiers supérieurs entendus dans l’enquête

image

Au moins sept personnes, dont des officiers supérieurs de l’armée ivoirienne, ont été entendues par la justice ivoirienne dans le cadre de l’enquête sur la découverte d’armes à Bouaké, lors des mutineries de mai, dans un domicile appartenant à Kamagaté Souleymane dit Soul to Soul, directeur de protocole du président de l’Assemblée nationale Guillaume Kigbafori Soro, a-t-on appris de Jeune Afrique.

Lors d’une conférence de presse mercredi 21 juin au ministère de la justice, à Abidjan, le procureur de la République Richard Adou a affirmé qu’«il y a déjà eu quinze auditions de sept personnes», dont des officiers supérieurs de l’armée ivoirienne.

Il a ensuite précisé que «l’enquête ne fait que débuter, d’autres auditions sont en cours de préparation». Mais le mystère entoure les noms de ces officiers supérieurs, préalablement entendus par la justice ivoirienne qui s’arroge le droit de ne pas citer leurs noms.

Quels sont ces officiers supérieurs de l’armée ivoirienne entendus ?

Le Lieutenant-colonel Touré Hervé dit Vetcho, commandant du 3ème Bataillon de Bouaké épicentre des mutineries et ville-mémoire de la rébellion de 2002, pourrait être parmi ces officiers supérieurs.

Par mégarde, au début de l’affaire Soul to Soul, le nom de Vetcho a été révélé par l’un des proches de Guillaume Soro, du moins un quidam qui ne cesse de tarir de louanges sur Soro pour avoir exercé plusieurs postes de responsabilités grâce à ce dernier, que Kouroukanfouganews suit sur Facebook.

Ce proche de Soro que nous taisons le nom, avait écrit sur son mur pour exprimer sa solidarité avec Kamagaté Souleymane, que lors de la mutinerie – où l’on situe cette affaire – lors que des soldats mutins pillaient le domicile de Soul to Soul, Vetcho avait envoyé des éléments pour les en empêcher et sauver le peu de ses affaires dans le domicile.

Nous étions alors loin d’une affaire de cache d’armes révélée et confirmée le lendemain par le ministre chargé de la Défense auprès du président de la République, Alain-Richard Donwahi.

Sans cesse relayée par des médias locaux et sur les réseaux sociaux, cette affaire a pris de l’ampleur à partir de ce moment, et le présumé acquéreur-propriétaire a été entendu plusieurs fois par la brigade de recherches de la gendarmerie d’Abidjan-Plateau. Mais il s’est tiré de l’affaire toutes ces fois..

« Il a répondu qu’il n’était ni l’acquéreur ni le propriétaire de ces armes », avait expliqué Moussa Touré, directeur de la Communication à l’Assemblée nationale, à l’issue de l’une de ses auditions.

Des perquisitions lancées sur l’ensemble du territoire

Selon l’hebdomadaire panafricain, des perquisitions sur l’ensemble du territoire ont par ailleurs été lancées début juin pour déceler d’éventuelles autres caches d’armes.

« Une partie de ces armes (trouvées à Bouaké, NDLR) a été récupérée, mais une certaine partie est encore dans la nature, nous nous attelons à les rechercher », a expliqué Richard Adou. Avant d’assurer : « Ce qui a été vu n’est pas resté lettre morte. Une enquête est en cours et elle avance. »

Une mission d’experts de l’ONU qui devrait arriver mercredi 7 juin en Côte d’Ivoire, pourrait prendre part à ces perquisitions.

L’implication des experts l’ONU dans les enquêtes en cours, qui va resserrer sans doute l’étau autour du clan Soro, avait été annoncée à l’issue du Conseil des ministres du mercredi 7 juin, par le ministre de la Communication, Bruno Koné.

Kouroukanfouganews